François Fillon

Actualités François Fillon

Macron sur TF1 en 2017

Impôt : les Français ne croient pas aux baisses promises par Macron

Seuls les électeurs d'Emmanuel Macron au 1er tour de l'élection présidentielle de 2017 sont une majorité à croire à ces baisses d'impôt (66%, -1). Les électeurs de François Fillon sont partagés (53% y croient, 47% n'y croient pas), tandis que tout le reste de l'électorat les remet fortement en cause : 83% (+13) des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 79% (stable) des électeurs de Marine Le Pen. Interrogés sur les moyens pour baisser les impôts, 64% des Français ne sont pas d'accord pour augmenter le temps de travail, dont 30% pas du tout d'accord.

Logo de la Faider

Assurance-vie : les associations poursuivent leur lobbying anti-flat tax

Mi-avril, quelques jours avant le premier tour de l'élection présidentielle, la Faider (1) a publié le résultat d'un questionnaire adressé aux principaux candidats. Seuls trois d'entre eux y avaient répondu : François Fillon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon, les deux premiers en ayant profité pour détaillé leurs projets de flat tax sur les revenus du capital.

Emmanuel Macron en décembre 2015

Banque, épargne, impôts : ce que Macron veut changer

Le secteur, toutefois, ne s'y trompe pas : ancien banquier, ancien ministre de l'Economie, candidat au tropisme numérique affirmé, Emmanuel Macron et son profil pro business a tout pour plaire à la fintech française. Le nouveau président de la République fait d'ailleurs partie des trois candidats (avec Benoît Hamon et François Fillon) à avoir consulté les représentants de l'écosystème en amont de l'élection.

Arnaud Chneiweiss

Assurance-vie : les assureurs veulent un couteau suisse encore plus polyvalent

Dans le cadre de la campagne présidentielle a surgi la polémique sur la « flat tax ». Puis François Fillon a déclaré faire exception pour l'assurance-vie, et Emmanuel Macron a assoupli sa position. Y a-t-il toujours matière à débat ?

Urne d'élection

Fiscalité de l'assurance-vie : Macron et Fillon réaffirment leurs positions

Trois candidats ont répondu à cette sollicitation : François Fillon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon. Ce dernier a livré un propos succinct et d'ordre général, en mettant surtout en avant sa volonté de « restructurer l'épargne et la fiscalité qui lui est liée » en insistant sur « les investissements écologiques et durables ». Sans plus de détails.

Capture d'écran du débat présidentiel

Fiscalité de l'épargne : les propositions de Macron, Fillon, Hamon, Le Pen et Mélenchon

Au-delà du strict cadre de la fiscalité de l'épargne, le programme de François Fillon aborde des thématiques voisines. Pêle-mêle : « inciter au développement de l'épargne-autonomie », « orienter l'épargne des Français vers les PME ultramarines, grâce à un avantage fiscal incitatif », supprimer l'ISF en basculant les mécanismes de déduction existants vers l'impôt sur le revenu, réduire « le délai entre deux donations » de « 15 à 10 ans », ou encore ne pas mettre en œuvre la réforme du prélèvement à la source.

Emmanuel Macron lors de conférence PlacedelaSante.fr le 21 février 2017

Assurance-vie : la « flat tax » de Macron critiquée par les assureurs

Dans son programme présidentiel, Emmanuel Macron annonce « un prélèvement unique sur les revenus du capital, de l'ordre de 30% ». Un impôt « unique » dans le sens où il inclurait non seulement l'impôt sur le revenu, variable selon la durée de détention pour l'assurance-vie, mais aussi les cotisations sociales, actuellement de 15,50%. Dans une interview aux Echos, datée du 23 février, le candidat a précisé, concernant l'assurance-vie : « Ces conditions ne changeront pas pour les contrats et…

François Fillon et Alain Juppé

Fiscalité de l'épargne et impôt sur le revenu : que proposent Fillon et Juppé ?

François Fillon compte également abroger le prélèvement à la source, actuellement en cours de mise en place. Alain Juppé est plus prudent, et évoque un simple report. Les deux candidats se retrouvent en revanche sur la nécessité de relever le plafond actuel de 1.510 euros par demi-part, appliqué aux effets du quotient familial. Si François Fillon parvenait à décrocher le job en 2017, ce plafond serait ramené à 3.000 euros. Alain Juppé, lui, se veut un peu moins généreux avec les familles aisées, mais promet tout de même un relèvement « dès 2017 » à 2.500 euros par demi-part.

Autres articles

Contrat retraite Madelin : fonctionnement et fiscalité

Les contrats Madelin permettent aux travailleurs non-salariés de se constituer un complément de retraite par capitalisation, tout en bénéficiant d'exonérations fiscales sur les versements. Créés en 1994 par la loi dite « Madelin » relative à l'initiative et à l'entreprise individuelle, puis modifiés en 2003 par la loi dite « Fillon » portant réforme des retraites, ils ne peuvent plus être soucrits depuis octobre 2020, et sont remplacés par le PER.

Plan épargne populaire (PEP) : transfert, fiscalité et caractéristiques

La loi portant réforme des retraites de 2003 (dite loi Fillon) a mis fin à la commercialisation du PEP, le gouvernement souhaitant désormais réserver les avantages fiscaux à la constitution d'une retraite par capitalisation dans le cadre du Plan d'épargne retraite populaire, créé dans ce but.

PERP : fonctionnement, fiscalité, déblocage et sortie en capital

Le PERP a été créé par la réforme des retraites de 2003 (dite loi Fillon) en remplacement du Plan d'épargne populaire (PEP). Le fonctionnement du PERP a ensuite été précisé et modifié à plusieurs reprises, notamment par la loi portant réforme des retraites de 2010.

Tarifs des services bancaires les plus représentatifs en France

En 2010, Christine Lagarde, ministre de l'Economie du gouvernement Fillon, a commandé à Georges Pauget, ancien patron du Crédit Agricole, et Emmanuel Constans, Président du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) un rapport sur la tarification des services bancaires. Parmi les propositions de cette mission pour « accroître la lisibilité, la transparence et la comparabilité des tarifs bancaires » figure la mise en place d'une « liste standard des 10 principaux tarifs bancaires en tête de toutes les plaquettes tarifaires ».