Crowdlending

Investir en crowdlending

Lorsqu'un prêt ne peut pas être honoré par une entreprise, le montant des pertes, c'est-à-dire le montant du capital qui n'a pas été remboursé ni par l'entreprise ni par une quelconque assurance, peut être déduit des gains de crowdlending perçus au cours de la même année ou lors des cinq années suivantes. Cette déduction ne concerne toutefois que la partie fiscale et n'est pas applicable aux cotisations sociales.

Crowdfunding ou le financement participatif

Les plateformes de crowdfunding permettent à des particuliers ou des personnes morales de consentir soit des dons avec ou sans contrepartie à des personnes physiques ou morales, soit des prêts (on parle alors de crowdlending) , soit de prendre des parts du capital d'une société non cotée (pratique aussi appellée crowdequity). Les personnes contributrices choisissent le projet qu'elles souhaitent financer et décident du montant de leur contribution, dans les limites fixées par la réglementation.

PretUp (présentation de l'établissement)

PretUp, filiale de Partners Finances, se présente comme la première plateforme de crowdlending à proposer un service d'investissement solidaire. En effet, les investisseurs-prêteurs peuvent reverser toute ou partie des intérêts perçus à des associations œuvrant pour l'entrepreneuriat, la fondation Entreprendre et la fondation Adie.

Bolden (présentation de l'établissement)

Bolden est une plateforme de crowdlending spécialisée dans les prêts financés par des particuliers à destination de PME.

Actualités Crowdlending

Ecologie et épargne

Epargne : 3 idées concrètes pour sauver la planète

Le financement des projets énergie renouvelable est devenu l'un des marchés porteurs du crowdfunding, ou plus précisément du crowdlending, le financement participatif sous forme de prêt. Lancé fin 2014 sur le segment transition énergétique, et avec près de 50 millions d'euros prêtés, Lendosphere fait office de précurseur. La plateforme propose le plus souvent d'investir dans des projets de construction de parcs éoliens ou photovoltaïques en investissant en minibons ou obligations, bref en effectuant un prêt indirect aux entreprises à l'initiative du projet. D'autres plateformes ont suivi : Enerfip, ou Lendopolis qui a revu sa stratégie début 2019 en se spécialisant dans les énergies renouvelables.

Des panneaux

Impôts : comment déclarer les intérêts des prêts participatifs ?

Comme tout revenu de placement, ceux tirés du crowdlending, ou prêt participatif aux PME, doivent être déclarés. Depuis 2017, l'administration fiscale a ainsi intégré à la déclaration de revenus une ligne dédiée, dans la rubrique « revenus des valeurs et capitaux mobiliers » : la « 2TT », pour « intérêts des prêts participatifs et des minibons ». En principe, cette ligne est pré-remplie dans la déclaration. Si vous faites partie de ceux qui ont investi dans le crowdlending, vous pouvez vous reporter sur l'imprimé fiscal unique (IFU) que vous avez dû recevoir de la part de la (ou les) plateforme(s) pour vérifier que le chiffre renseigné est exact.

Logo de Lendopolis

Crowdlending : Lendopolis abandonne les PME et change de stratégie

Le marché du prêt participatif aux entreprises est-il condamné ? Après la fermeture d'Unilend fin 2018, c'est au tour de Lendopolis, autre pionnier du secteur, de jeter l'éponge. Une information annoncée ce jeudi 28 février par Nicolas de Feraudy, directeur général de la plateforme. Dans un courrier adressé à l'ensemble de sa communauté de prêteurs, celui-ci explique que l'équipe a pris « un peu de recul » sur son activité. Malgré une « forte croissance » en 2018, avec 10,5 millions d'euros collectés, soit « plus de deux fois les montants collectés en 2017 », le DG explique ainsi que cette année a permis d'affiner la « réflexion sur l'évolution du secteur du crowdlending en France ».

Une foule formant le signe "euro"

Epargne : faut-il encore croire au prêt participatif ?

Jusqu'à la fin de l'année 2015, Unilend a été le fleuron du prêt participatif aux TPE-PME en France. Le seul à s'être aventuré sur le marché du « crowdlending » (prêt par la foule) en visant le crédit aux entreprises dès 2013, avant même l'entrée en vigueur du cadre réglementaire du crowfunding, en octobre 2014. La disparition du pionnier et ex-leader est donc hautement symbolique ! Serait-ce le marqueur d'un marché sans avenir ? A chaud, après avoir ficelé la procédure extinctive de sa…

Logo d'Unilend

Crowdlending : Unilend jette l'éponge

Le site spécialisé Crowdlending.fr a publié hier un article faisant état d'une « rumeur plus qu'insistante » : « Le précurseur du crowdlending en France, Unilend, aurait déclaré sa cessation de paiement fin septembre ». Contacté par cBanque, le fondateur et président d'Unilend Nicolas Lesur a confirmé que la plateforme de crowdlending a été placée hier en liquidation judiciaire. La plateforme passe dès à présent en gestion extinctive : il n'y aura plus de nouveaux prêts mais la SFPMEI (1) doit gérer la continuité des remboursements des prêts en cours.

Un groupe de tirelires

Epargne : combien rapporte le crowdlending ?

D'après Financement Participatif France (FPF), l'association qui fédère la plupart des plateformes de l'Hexagone, le crowdlending a attiré 195 millions d'euros en 2017, deux fois plus qu'en 2016. Et pour cause, ces sites affichent des promesses de rendement élevées : 4%, 6% voire 10% de taux d'intérêt annuel. Ces rémunérations ne sont toutefois pas garanties mais conditionnées au fait que les entrepreneurs remboursent leur emprunt. Ce qui fait donc du crowdlending, en fonction du profil de l'emprunteur et de son projet, un placement risqué voire spéculatif. Et rentable ?

Forum Crowdlending

Conseils AV

J'ai donc commencé à tester le crowdlending (via lendix), petite somme, j'aime bien l'idée d'aider des PME (ma boite a failli mourir quelques fois à cause de retards de paiements clients....donc je suis sensible à ce genre de difficultés).

Quelle stratégie adopter pendant le remboursement de sa RP ?

- les plus optimistes diront que c'est un placement qui affiche aujourd'hui un taux de défaut très bas, à l'inverse du crowdlending dans d'autres domaines où 3%, 6%, 8% des projets ne sont pas remboursés, et que c'est donc sans risque (ce qui est vrai en relatif : un unique défaut sur quasiment un millier de projets financés à ce jour c'est très bon)